FANDOM


  Saison 1 Saison 2 »Saison 3 »Saison 4 »The Final Break »


La Grande Évasion est l'épisode-pilote de la série Prison Break, c'est aussi le premier épisode de la saison 1.

Résumé de l'intrigueModifier

Arrêté pour le braquage d´une banque, Michael Scofield est condamné à cinq ans d'emprisonnement. Devant d'étonnement et l'incompréhension de son amie avocate Veronica, Michael refuse de se défendre pour alléger sa peine ; il demande seulement au juge en charge de son procès d´être incarcéré près de chez lui et obtient le droit d'être envoyé à Fox River, une prison d'État de niveau 1. Sur place, Michael cherche à entrer en contact avec un certain Lincoln Burrows qui n'est autre que son frère. Condamné à la peine capitale pour avoir assassiné le frère de la Vice-Présidente, Lincoln clame son innocence malgré les preuves accablantes accumulées contre lui. Persuadé de sa non-culpabilité, Michael demande à Veronica de trouver qui se cache derrière cette affaire, et annonce à son frère qu'il a un plan pour les faire évader...

Résumé détaillée de l'épisodeModifier

Les jours précédant l'incarcération de Michael Scofield à Fox RiverModifier

8 mars 2005Modifier

101-002.jpg

Michael se faisant tatouer dans le cabinet de Sid.

L'épisode s'ouvre sur un homme en train de se faire tatouer. Il se nomme Michael Scofield et a le visage pensif. Il attend patiemment que la tatoueuse finalise le dessin qu'elle lui a fait sur son bras gauche. C'est la dernière fois qu'ils se voient, elle le sait mais prend quand même son temps pour admirer son œuvre. Durant deux mois, Sid a passé de longues heures à lui tatouer tout le haut du corps. Elle lui fait remarquer que la plupart des gens mettent des années avant d'arriver à avoir autant de tatouages que son client mais Michael lui répond qu'il n'en avait pas beaucoup devant lui. Puis, sur ces mots, il se rajuste et lui tend quelques dollars avant de partir.

Quelques heures plus tard, passant devant un cygne en origami qu'il a confectionné, Michael arrive dans son appartement et commence à détruire un nombre impressionnant de documents, d’articles de journaux, de photos, de commentaires, de définitions scientifiques recouvrant en intégralité tout le pan d'un mur. Ces documents, dans leur grande majorité, concernent la prochaine exécution de Lincoln Burrows, prévue pour le 11 mai mais aussi des événements importants comme le procès de John Abruzzi ou la légende de D.B. Cooper qui ont tenu les médias en haleine durant de longs mois, sont arrachés avec violence et le disque dur de son ordinateur est sorti de son logement pour être jeté par la fenêtre.

9 mars 2005Modifier

101-044.jpg

Michael commet un braquage de banque.

Le lendemain, sans raisons aucunes, Michael se rend au Savings Bank-Day de Chicago pour y commettre un hold-up. Menaçant une employée avec une arme, il ordonne qu'on lui ouvre le coffre mais, aux dires de l'employée, le directeur d'agence en charge du coffre n'est pas là car il est en train de prendre sa pause déjeuner au Whitecastle, un fast-food à la mode où on sert des sandwichs pain bio. Agacé, Michael, tire quelques balles au plafond et réclame de nouveau qu'on lui ouvre le cofffre. La guichetière, de plus en plus mal à l'aise, lui fait remarquer qu'il a déjà dérobé cinq cent mille dollars en liquide et qu'il fallait mieux pour lui de s'en aller avant l'arrivée de la police mais Michael n'entend pas de cette oreille. Il continue de menacer l'employée lorsque retentirent des sirènes de police.

Sachant qu'il était pris, Michael leva les bras et se tourna vers les agents de la force publique pour se rendre. Sourire aux lèvres, il jette à terre les deux armes qu'il avait en sa possession et se laisse arrêter docilement.

10 avril 2005Modifier

101-065.jpg

Le procès de Michael Scofield, défendu par son avocate.

Durant son procès, Michael Scofield reconnaît les faits qui lui sont reprochés en dépit des conseils de son avocate et des avertissements du juge qui n'aura alors plus d'autre choix que de le faire condamner. Veronica Donovan, son avocate, demande une suspension de séance prétextant que son client est un peu perturbé mais ce dernier rétorque que c'est faux. Michael reste inflexible sur sa culpabilité malgré l'étonnement de son avocate en charge de sa défense. La juge suspend la séance jusqu'à 13 h 30 pour déterminer la sentence et, au moment de quitter la salle, Michael croise le regard de son neveu, LJ, venu assister à l'audience. Il est abasourdi et ne comprend pas pourquoi son oncle ne veut pas se défendre. Ce dernier ne voulait pas qu'il vienne et lui demande instamment de rentrer chez lui pour qu'il ne voit pas cela. Michael se fait menotter et emmener docilement en cellule.

101-068.jpg

Veronica ne comprend pas l'attitude de son client.

Pendant son retour en cellule, Michael avoue à Véronica que son neveu vit très mal que son oncle soit emprisonné. Ce qui est tout à fait normal pour son amie avocate qui lui fait observer que dès que LJ s'attache à quelqu'un, il le voit irrémédiablement mis en prison ; une situation qu'il a dû certainement vivre auparavant. C'est le même sentiment qu'éprouve Veronica qui ne comprend pas le comportement de son client. Elle lui demande les raisons de son obstination mais Michael reste silencieux, lui avouant seulement qu'elle était la seule personne à l'avoir aidé depuis toujours et qu'elle devait accepter ses décisions même si elles allaient à l'encontre de ses convictions.

101-105.jpg

La juge, en charge du procés, va annoncer son verdict.

De retour au tribunal, c'est l'heure du jugement. Du fait d'abscence d'antécédents criminels, la juge obte pour un sursis avec une mise à l'épreuve mais comme Michael a employé une arme à feu pour commettre son forfait et ayant montré de ce fait qu'il avait une certaine propension pour la violence, elle estime que la culpabilté de l'accusé est avérée et qu'il devra rendre des comptes à la société. En consultant le dossier de Scofield, la juge approuve le souhait de Michael d'être incarcéré dans une prison proche de son domicile, à Chicago. Le seul établissement pénitenciaire repondant à l'attente de l'accusé est le pénitencier d'État de Fox River, de niveau 1, une prison de haute sécurité où sont enfermés les criminels les plus dangereux des États-Unis. En raison d’absence de casier judiciaire et du fait de la gravité de son crime, Michael est condamné à cinq ans de prison mais il pourra demander une libération conditionnelle à la moitié de sa peine. À l'annonce du verdict, Michael reste imperturbable comme à l'accoutumée. Ayant pris sa décision, la juge annonce à toute l'assemblée que la sentence est immédiate : Michael sera transféré à Fox River dans l'après-midi du 10 avril 2005.

10 avril 2005Modifier

À Fox RiverModifier

101-121.jpg

Vue extérieure de la prison de Fox River.

101-127.jpg

Le capitaine Bellick, suspicieux, examine le dossier rempli par Michael Scofield.

Michael fait son entrée à Fox River durant l'après-midi. Après avoir fait la queue avec d'autres nouveaux détenus pour subir les traditionnelles fouilles corporelles et autres pratiques d’usage, il revêt les vêtements de prisonnier qu'un employé de la prison lui a donnés et remet un questionnaire qu'il a dû remplir au chef des gardiens, Brad Bellick, qui le juge de haut. Après lui avoir demandé son nom, prénom et matricule, ce dernier l'avertit qu'il doit bien se tenir si il ne veut pas avoir d'ennuis. Il a un œil sur tout. Ayant mis les choses au clair, Bellick le laisse partir. Méfiant, il constate, sur le dossier médical de Michael, qu'il est notifié qu’il est diabétique de type 1. Il a soudain l'intuition qu'il faudra surveiller d'un peu plus près ce nouveau prisonnier...

101-143.jpg

Michael découvre son nouvel univers.

101-161.jpg

« Bienvenue à Prison-Land, Gueule d'ange. »

Michael intégre alors sa cellule et découvre son nouvel univers. À travers les barreaux, il regarde fixement les autres détenus de Fox River mener leurs petites affaires et trafics en tout genre. Certains souffrent de la chaleur qui règne en ces lieux tandis que d'autres se maintiennent en forme autant qu'ils le peuvent. L'attention de Michael est soudain attiré par un groupe de prisonniers déambulant dans le couloir qui mène aux cellules. À force de trop observer, Scofield est interpellé par un détenu de la cellule d'en face qui lui fait remarquer qu'il est beaucoup trop « propre » pour être en prison. Son compagnon de cellule, qui se trouve derrière lui, lui conseille, tout en continuant à lire son magazine, de s'asseoir et d'arrêter de regarder. Mieux valait compter les jours si on voulait rester en vie. Michael était sur le point de suivre son conseil lorsqu'il entendit un cri strident provenant du couloir. Un nouveau prisonnier avait reçu un coup de couteau et s'effondre sous les cris des détenus enfermés dans leur cellule. Scofield comprend alors qu'il est entré dans un nouveau monde et cette impression est confirmée lorsque son co-détenu, Sucre, lui dit : « Bienvenue à Prison-Land, Gueule d'ange. » Michael, avec écœurement, détourna son regard sur ce qui se passait devant ses yeux : des gardiens en alerte qui demandaient du renfort pour évacuer la victime qui se vidait de son sang. Il comprit alors qu'il était entré dans un monde dont il ignorait jusque là l'existence, un monde fait de violence où les détenus qui y vivent sont de véritables loups pour l'homme...

À l'extérieur de Fox RiverModifier

101-162.jpg

Veronica est encore préoccupée par l'affaire de Michael Scofield.

Le soir, dans son appartement de Chicago, Veronica, sirotant un thé, n'arrive pas à dormir au grand dam de son fiancé, Sebastian. Descendant de leur chambre, torse nu, il vient la rejoindre dans le salon où elle se tient pensive devant la fenêtre. La jeune femme se retourna et lui avoua, en le voyant, qu'elle était préoccupée par l'affaire de Michael qui occupait toutes ses pensées. Son compagnon essaya de la réconforter en lui disant qu'elle avait fait de son mieux. En tant que brillante avocate, elle le savait mais ce n'était pas une excuse. En effet, elle ne comprenait pas pourquoi son client, qui plus est l'un de ses meilleurs amis, n'avait pas pris la peine de se défendre devant la cour où il était jugé. Cela ne lui ressemblait pas et elle voulait savoir pourquoi il avait refusé son aide. Cette situation délicate ne plaisait guère à Sebastian qui désirait au plus profond de son âme que la jeune femme arrête de se morfondre pour penser un peu plus à leur relation. Sachant qu'il ne pouvait plus rien faire pour le moment, il se résolut à remonter se coucher après lui avoir souhaité la bonne nuit. Veronica le regarda monter les escaliers en se taisant avant de se replonger, soucieuse, dans ses pensées.

11 avril 2005Modifier

À Fox RiverModifier

101-173.jpg

Michael se promène dans la cour de la prison de Fox River en compagnie de Sucre.

101-176.jpg

Charles Westmoreland s'occupant de son chat dans la cour de la prison de Fox River.

Très tôt le matin, Michael découvrit la cour de promenade du pénitencier d'État de Fox River. Sucre, qui l'accompagne, lui expliqua succinctement les différents "gangs" qui règnaient dans la prison : « Les diables du poker ont squatté le panier. Les Mortenos tiennent les gradins. Les Woods les haltères et les barres. Les matons tiennent le reste. » Michael, durant la promenade, remarqua un homme âgé, assis sur une table, en train de caresser son chat. Il demanda à son compagnon de cellule l'identité de cet amoureux des bêtes. Sucre lui répondit qu'il s'agissait – bien que ce dernier le nie – de D.B. Cooper, le célèbre pirate de l'air qui s'était jeté en parachute durant les années 1970 avec un million et demi de dollars. Michael lui confia que cet homme n'avait vraiment pas la tête de l'emploi mais son nouvel ami lui retorqua que certains l'avaient quand même. À cet instant, Sucre apostropha un détenu noir, surnommé le « Soldeur », à qui il présenta son nouveau compagnon de cellule. Sucre expliqua à Michael que ce prisonnier avait des relations privilégiées avec le responsable de l'intendance.

101-188.jpg

Michael inspecte avec attention la cour de la prison de Fox River.

Tandis que Sucre discutait avec le « Soldeur » qui n'aimait pas trop que des étrangers s'occupent de ses affaires, Michael s'écarta un peu du groupe pour observer, l'air de rien, divers endroits de la cour : les téléphones, les bouches d'incendie et un local à l'extérieur de la cour ; puis, le plus discrètement possible il laisse tomber le magazine que Sucre avait lu dans sa cellule sur une des plaques d'égouts. Faisant mine de le ramasser, il s'accroupit et glissa doucement la revue à travers l'orifice. Celle-ci tomba dans l'égout comme il le désirait, l'obstruant à moitié. Puis se relevant, il s'adressa au groupe de prisonniers qui s'entretenaient avec Sucre qu'il voulait rencontré un certain détenu nommé Lincoln Burrows. Le « Soldeur », intrigué par cette demande, lui apprit où se trouvait ce prisonnier surnommé « Linc le Déluge ». Il prenait l'air dans une cour isolée et solidement gardée, indépendante à celle où Michael et Sucre se trouvaient.

101-201.jpg

Lincoln prenant l'air dans une cour grillagée de la prison de Fox River à un mois de son exécution.

Sucre, qui l'accompagnait toujours, expliqua à Michael que Lincoln Burrows était l'assassin du frère de la Vice-Présidente des États-Unis et qu'il allait être exécuté dans un mois sur la chaise électrique en concluant alors qu'il était le détenu le plus dangereux de la prison. Son ami lui demanda si il existait un moyen pour l'approcher. Sucre lui répondit que le seul moyen pour lui parler, serait soit de le croiser à la chapelle soit de participer au TP (Travail pénitentiaire), des activités de travail général pour la prison. Il lui précisa cependant qu'il n'aurait aucune chance d'intégrer le TP car il était réservé aux prisonniers sans histoires ayant des aptitudes particulières pour fabriquer des objets et parce qu'il était géré par un certain John Abruzzi, un détenu mafieux très dangereux. Sucre finit par demander à Michael pourquoi il tenait tant à rencontrer Linc « Le Déluge » et Michael lui avoua qu'il s'agissait de son frère. En entendant ces paroles, Sucre se figea ne sachant plus quoi dire.

101-232.jpg

Durant une visite au parloir, Lincoln jure à Michael qu'il n'a pas tué le frère de la Vice-Présidente.

De retour dans sa cellule après la promenade, Michael se remémore, après avoir terminé de confectionner un cygne en origami, l'une des dernières visites qu'il avait faites à son frère avant qu'il ne commette le braquage de la banque qu'il l'avait conduit à Fox River. Il se souvenait des paroles de Lincoln qui l'informait que son dernier jugement en appel avait été rejeté et que la date de son exécution avait été fixée pour le 11 mai. Il ne cessait pourtant de clamer son innocence mais Michael, au bord des larmes, lui rétorquait que toutes les preuves étaient contre lui et qu'il ne comprenait pas pourquoi les tribunaux avaient pu se tromper sur son compte. Son frère ne savait rien mais lui jurait sur sa vie qu'il n'avait pas tué le frère de la Vice-Présidente et lui affirmait qu'il s'agissait d'un coup monté mené contre lui. Le ou les responsables de cet assassinat avaient hâte de le voir au plus vite dans la tombe. Ces souvenirs douloureux furent interrompus par Sucre qui demandait à Michael si il existait un synonyme pour le mot amour. Il avait en effet l'intention de rédiger une lettre à sa petite amie qui se trouvait à New York afin de la demander en mariage. Comme il ne pouvait pas la faire en prison il s'était résolut à lui une demande en bonne et du forme. Fernando imaginait même la scène quand elle ouvrirait l'enveloppe pour lire sa demande : sur le ferry de Stanton Island, en face de l'Empire State Building. Michael lui conseilla le mot passion pour faire succomber la dulcinée de son ami aux joies du mariage.

101-295.jpg

Michael demande à John Abruzzi de le prendre au TP.

De retour dans la cour de promenade de Fox River, Michael se rend d'un pas décidé vers John Abruzzi qui était en train de jouer aux cartes avec ses amis. Sans même se présenter, il lui demanda de leur prendre au Travail pénitenciaire car il aurait besoin de lui. Le mafieux, sans s'arrêter de jouer et sans même lui adresser un regard, lui intima l'ordre de partir en prétextant qu'il n'était pour lui d'aucune utilité. Michael tenta néanmoins de le faire fléchir en déposant sur la table de jeu le cygne en origami qu'il avait confectionné auparavant dans sa cellule. Amusé, Abruzzi prit le « canard » en papier entre ses doigts et commença jouer avec. Il n'était toujours pas convaincu. Cependant, Michael continua d'insister en lui faisant comprendre qu'il ferait un bon choix en le prenant au TP mais le ton pressant qu'il employait ne plaisait pas aux hommes de main d'Abruzzi qui commencèrent à se lever. Sentant que les choses allaient s'envenimer, Michael préféra s'éloigner pour éviter l'altercation tout en invitant leur chef à prendre son temps pour réfléchir à sa proposition et à venir le voir si il changeait d'avis. Pour toute réponse, Abruzzi lui adressa un grand silence et quand Michael s'en alla, le mafieux regarda un instant le cygne en origami qu'il lui avait remis avant de le jeter avec mépris.

101-325.jpg

Michael rencontre pour la première fois le Docteur Tancredi, à l'infirmerie de Fox River, après que celle-ci lui aie administré une piqûre d'insuline.

Michael se rend ensuite à l'infirmerie de la prison pour y recevoir sa dose d'insuline quotidienne. C'est la première fois qu'il rencontre une femme au cœur même de la prison de Fox River et qui plus est une femme médecin. Tout en faisant l'injection, celle-ci constate que le tatouage recouvrant le bras gauche de son patient avait l'air récent. Michael ne souffla mot à ce sujet se contentant juste de maintenir la compresse que lui avait donnée le médecin sur l'endroit où il venait d'être piqué. Étant donné qu'il était « diabétique », il ne craignait donc pas les piqûres. Le jeune homme, charmé par le professionnalisme de la jeune femme, s'empressa de se présenter. Mais elle connaissait déjà son identité car elle avait lu son dossier. Il essaya d'engager la discussion mais elle ne se laissa pas avoir par le sourire enjôleur qu'il lui lançait. Elle instaura alors une certaine distance entre elle et son patient en lui disant : « Dr. Tancredi suffira. » En entendant prononcer ce nom de famille, Michael fut agréablement surpris de rencontrer la fille du gouverneur de l'Illinois travailler dans une prison. Elle lui affirma qu'il faut « faire partie de la solution et pas du problème ». Michael lui rétorqua, du tac au tac, comme pour mieux attirer son attention : « Sois le changement que tu veux voir dans le monde. » À l'énoncé de cette phrase, Le Dr. Tancredi s'arrêta se figea, étonnée de découvrir qu'un détenu avait pu lire sa thèse de fin d'étude. Lui arrachant un sourire, elle quitta la salle de consultation tout en lui demandant de maintenir la compresse qu'il avait au bras. Michael profita de cet absence pour ôter le gaze et sortir de la poche de sa chemise un cygne en origami qu'il glissa prestement à travers la bouche d'égout de l'infirmerie. Et avant que la femme médecin ne revienne poursuivre sa consultation, il se remit en place, maintenant de nouveau sa compresse sur l'endroit où il était piqué. Il était grand temps puisqu'elle revint dans la pièce où il se trouvait. Michael demanda au Dr. Tancredi si il avait la possibilité de prendre de l'insuline dans sa cellule mais la jeune femme le lui interdit car c'était elle seule qui pouvait lui administrer ces injections. Pour la rassurer, Michael lui affirma qu'il était loin d'être un toxicomane et qu'il prendrait plaisir à revenir le plus souvent possible à l'infirmerie. Charmée par cette réflexion, Le Dr. Tancredi se leva et s'en alla. Et tandis que Michael quittait l'infirmerie, son petit cygne en origami naviguait dans les égoûts de la prison sans rencontrer d'obstacles.

101-388.jpg

Lincoln se figea en tombant nez à nez sur Michael dans la chapelle de Fox River.

Avec d'autres prisonniers, Lincoln écoute, assis au premier rang et les mains menottées, le sermon donné par le prêtre dans la chapelle du pénitencier de Fox River. Chaque mot proconcé par l'aumônier lui réchauffait le cœur. À la fin de l'office, il se leva comme tous les autres détenus et, au moment de quitter la chapelle, tomba nez à nez sur Michael. Il le reconnut. D'abord surpris, il fut ensuite inquiet. Que faisait son jeune frère en prison ? Il voulait comprendre. Partagé entre la colère et l'incrédulité, il s'approcha de Michael et, profitant de l'inattention des gardiens, commença à discuter avec lui. Il lui demanda ce qu'il faisait ici et Scofield, pour toute réponse, l'informa qu'il était là pour le faire sortir. Lincoln, abasourdi par ce qu'il venait d'entendre, lui répondit que c'était une chose impossible mais Michael lui rétorqua, non sans malice : « Pas quand on a conçu les plans des bâtiments... Là c'est possible... » Puis il s'en alla, laissant son frère dans l'expectative.

101-399.jpg

Sucre sermonne Michael de lui avoir conseillé d'utiliser le mot « passion » dans sa lettre de demande en mariage pour Maricruz.

Michael retrouva Sucre dans sa cellule. Ce dernier le sermonne de l'avoir aidé à écrire sa lettre de demande de mariage pour sa fiancée. Il subit les foudres de son ami tout en esquissant un léger sourire, comprenant l'embarras du jeune homme qui avait tout misé dans cette lettre. Pour se punir d'avoir suivi un si mauvais conseil, il se promet de ne plus utiliser à l'avenir que des mots à une syllabe pour avoir ce qu'il veut. Il espère néanmoins que sa bien-aimée honorera sa visite conjugale pour mardi prochain, il n'a cependant aucune nouvelle de sa part ; une situation intenable qui le rend malheureux. Mais ils sont interrompus par un gardien qui demande à Scofield de le suivre car il est convoqué dans le bureau du directeur de la prison de Fox River. En sachant ce qui allait arriver à son ami, Sucre panique en redoutant le pire car une visite chez le « Pope » ne présage rien de bon. Pourtant Michael accepta de bonnes grâces cette « invitation » et c'est ainsi qu'il rencontra pour la première fois de sa vie Henry Pope.

101-441.jpg

Michael est convoqué par le directeur de la prison de Fox River.

D'un caractère affable, le directeur de Fox River fit l'éloge des résultats universitaires qu'a fait le jeune homme dans sa jeunesse : major de promotion à l'Université de Loyola avec mention très bien de surcroît. Il ne comprend pas pourquoi un individu aussi talentueux que lui soit derrière les barreaux. Cependant, il a remarqué dans son dossier d'incarcération que Michael avait noté dans la rubrique « Profession » « Demandeur d'emploi », une donnée inexacte. Henry Pope était au courant que l'homme qui se trouvait dans son bureau était ingénieur en génie civile – une information qui l'arrangeait énormément. En effet, emmenant son « invité » dans la pièce d'à-côté, le directeur de la prison de Fox River lui montra la maquette d'un bâtiment luxueux qu'il venait de réaliser durant ses moments de loisir : Le Taj Mahal, l'œuvre suprême de Shah Jahan qui l'avait faite construire pour honorer la mémoire de son épouse qu'il avait tant aimé. Cette histoire avait tellement séduit la femme d'Henry Pope que celui-ci dût s'atteler à la tâche pour confectionner la réplique exacte, en miniature, de ce monument afin de célèbrer leur quarantième anniversaire de mariage en juin et de lui témoigner ainsi de tout son amour. Cependant, tandis qu'il fabriquait la maquette du Taj Mahal, des problèmes de construction surgirent. Il avait remarqué que la charpente de l'édifice n'était pas solide et qu'à chaque instant, il pourrait s'effondrer. C'est pourquoi, l'arrivée de Michael dans sa prison était providentielle. Sans attendre, il demanda son aide pour terminer la construction. Si Michael accepterait sa proposition, cela lui permettrait de passer trois jours par semaine hors de la cour. Mais, à sa grande déception, Michael refuse après avoir un instant hésité. Agacé, Pope appelle un gardien pour ramener Scofield dans sa cellule.

101-517.jpg

Veronica a deviné les intentions de Michael : il est venu à Fox River pour sauver son frère.

Dans la journée, Michael reçoit la visite de Veronica. La jeune femme avait compris maintenant pourquoi son ami s'était fait enfermé à Fox River. C'était la prison où était également incarcéré Lincoln, l'ancien amour de sa vie. Elle constate que les liens qui relie Michael à son frère sont très forts. Pourtant elle devine ses intentions et essaye de l'en dissuader sans savoir comment il allait s'y prendre. Elle lui fait remarquer qu'elle avait également le droit de savoir ce qu'il allait faire et qu'elle avait voulu se rapprocher de Lincoln à la fin de ses études de droit mais ce dernier n'avait pas voulu qu'ils se remettent ensemble. Michael, quant à lui, estime que son frère avait beaucoup souffert du départ de Veronica. Son avocate, souhaitant changer de sujet, lui informe qu'elle a porté son affaire en appel, malgrè le refus de son client, et contacté le diocèse à propos de Lincoln pour obtenir une aide de la part de l'évêque McMorrow. Mais son ami croit que cette intervention ne sauvera pas son frère. Au pire aura-t-il un sursis. Aussi Michael demanda à Veronica de lui rendre service en trouvant les responsables qui ont piégé son frère. Cette demande surprenante consterna la jeune femme qui était convaincue de la culpabilité de Lincoln en se basant sur les preuves qui étaient reunies contre lui. Mais son ami lui fait remarquer que ces preuves qui accusent son frère ont été fabriquées de toute pièce. Quand la sonnerie annonçant la fin des visites retentit, Michael jura à Veronica de tout faire pour ne pas voir son frère mourir. Bouleversée, la jeune femme quitta son ami pour sortir. Lincoln, après avoir profité d'une coute promenade, l'entraperçut un instant entre les grilles au moment où elle signait le registre des visites. Il eut le cœur serré en revoyant son premier amour mais cette courte pause sentimale s'interrompit lorsqu'il dût regagner sous bonne garde sa cellule.

101-559.jpg

Lincoln voit pendant un court instant son premier amour en train de signer le registre des visites.

101-605.jpg

John Abruzzi apprend de la bouche d'un de ses anciens associés que quelqu'un a réussi à retrouver Fibonacci, le responsable de ses malheurs.

En fin de journée, dans la cour de la prison de Fox River, Abruzzi était en communication téléphonique avec l'un de ses anciens "associés". Maggio lui expliqua qu'il avait reçu une enveloppe contenant des photos de Fibonacci, le responsable de l'emprisonnement de son patron à Fox River, et que celui-ci semblait faire partie du programme de protection des témoins. Son ami lui précisa aussi qu'il ignorait qui avait envoyé les photos mais nota la présence d'une cocotte en papier dans l'enveloppe. Abruzzi parut très intéressé par cette découverte et eut une petite idée sur la personne qui aurait pu expédier un tel courrier. Pendant ce temps, Michael passa devant la plaque d'égout qu'il avait découvert le matin même et y jeta un coup d'œil. Il aperçut que son cygne en origami qu'il avait jeté lorsqu'il était à l'infirmerie s'était retrouvé bloqué par la revue qu'il avait placée là auparavant. Il conclua alors que l'infirmerie et la cour de promenade étaient reliées l'une à l'autre par le même conduit d'égoût.

101-620.jpg

Le regard de Michael croise pour la première fois celui de Charles Westmoreland dans la cour de la prison de Fox River.

Fort de cette constatation, il se releva et croisa le regard de Charles Westmoreland, assis tranquillement sur un banc en train de lire un livre en compagnie de son chat. Scofield a alors l'idée de s'asseoir à côté de lui afin d'entamer la discussion. Sans le regarder, Michael l'informa qu'il connaissait son nom et qu'il avait connu son épouse avant que celle-ci ne décède. Westmoreland, intrigué par ce nouveau venu, le testa pour savoir si il ne connaissait bien. Scofield ne se laissa pas tomber dans le piège et répondit à toutes ses questions. Après cet interrogatoire, Michael remarqua le chat assis sur les genoux de Westmoreland et lui demanda ce qui il faisait ici. Agacé, son nouvel ami lui confia que son chat s'appelait Marilyn et qu'elle était là depuis l'époque où les prisonniers avaient le droit d'avoir un animal de compagnie. Profitant de sa lancée, Scofield laissa entendre qu'il connaissait la véritable identité de Westmoreland : "D.B. Cooper", le célèbre pirate de l'air qui avait volé 1,5 millions de dollars, non retrouvés à ce jour. Son camarade, comme à l'accoutumée continua de nier.

101-657.jpg

John Abruzzi questionne Scofield pour savoir où se trouve Fibonacci.

101-699.jpg

Michael accepte d'aider le directeur de Fox River à terminer la construction du Taj Mahal.

Mais ils ne purent continuer tranquillement leur discusion. Ils furent soudain interrompus par l'arrivée d'Abruzzi, qui voulait savoir où se trouvait Fibonacci. Mais Michael refusa de lui donner l'information s'il n'était pas intégré au TP. Le ton monta d'un cran et une bagarre éclata. Un gardien, du haut sa tour, ramena l'ordre en tirant des coups de semonce qui eurent pour effet de calmer l'ardeur des prisonniers et de faire retentir les sirènes. Contraint de s'expliquer, Scofield est convoqué dans le bureau du Directeur. Le jeune homme risque de passer 90 jours de quartier disciplinaire. Jetant un coup d'œil rapide sur le calendrier posé sur le bureau de Henry Pope qui marquait le 11 avril, Michael reconsidéra sa proposition et, afin d'éviter cette sanction, accepta de l'aider à terminer la construction de la reproduction en miniature du Taj Mahal dans les temps après avoir corrigé au préalable les quelques imperfections qu'il avait pu déceler la première fois qu'il avait vu la maquette. Le directeur ne put s'empêcher de se réjouir devant ce retournement de situation.

À l'extérieur de Fox RiverModifier

101-264.jpg

LJ et son ami se rendent à vélo dans une ruelle de Chicago chez un dealer.

Avec un de ses amis, LJ se rend à vélo dans une ruelle sordide de Chicago pour aller chez un dealer. S'arrêtant devant le lieu où il résidait, son ami eut une hésitation qui fut vite estompée par la hardiesse du neveu de Michael en lui affirmant que la transaction allait bien se passer. LJ attendit que le vendeur sorte dans la rue pour discuter en toute tranquillité. Ce dernier ouvrit le coffre de sa voiture pour sortir un paquet de drogue emballée dans un film plastique. Avant de remettre sa marchandise au fils de Lincoln, il lui avertit sur les modalités de paiement de la marihuana qui devaient se faire pour le vendredi courant et pas un autre jour et selon quelle mode de versement il devra payer (que des billets de 10 et de 20 dollars). Ayant compris ce que souhaitait le dealer, il s'en alla et LJ mit la drogue dans son sac. Les deux jeunes gens réenfouchèrent leur vélo pour quitter la ruelle sans savoir qu'un officier de police en civil les surveillait étroitement. Celui-ci avertit ses collègues par talkie-walkie pour arrêter les deux jeunes délinquants en barrant le passage avec une voiture de police toute sirène hurlante. Paniqués, les jeunes gens tentèrent de fuir en abandonnant leur bicyclette mais un autre véhicule, venant à leur hauteur, bloqua toute fuite dans cette ruelle étroite. Comprenant ce qu'il allait leur arriver, LJ et son ami se font arrêter.

101-311.jpg

Tsili montre à Maggio la photo de Fibonacci, l'homme qui a fait arrêter John Abruzzi.

Dans une boucherie de Chicago, coiffé d'une charlotte, Maggio, un proche d'Abruzzi, donne des ordres à ses hommes pour qu'ils débitent un peu plus vite la viande qu'ils ont reçu. À cet instant, un homme aux cheveux grisonnants fait son entrée et interrompt Maggio dans ce qu'il était en train de faire. Sans attendre, il dépose une enveloppe sur une table dans laquelle il sort une photo. Son visiteur lui expliqua que l'homme sur la photographie, qui portait une barbe, une casquette et des lunettes de soleil, était l'individu qui avait envoyé leur chef derrière les barreaux. En voyant le cliché, le sang de Maggio ne fit qu'un tour en reconnaissant Fibonacci. Il pensait qu'il avait disparu pour toujours, mais quelqu'un l'avait trouvé apparemment et les envies de vengeance resurgissent chez ces deux amis les plus fidèles d'Abruzzi. Tsili lui remit ensuite l'enveloppe sur laquelle ne comportait aucune adresse du destinataire. Maggio s'empressa de l'ouvrir sans comprendre de quoi elle contenait.

101-372.jpg

L'agent Kellerman apprend de la bouche de son collègue que l'exécution de Burrows pourrait être empêchée par l'influence de l'évêque McMorrow.

À Washington, dans le quartier général des services secrets des États-Unis, l'agent Hale rentre dans le bureau de Paul Kellerman pendant que celui-ci épluchait un dossier de la plus grande importance. Son collègue lui annonce qu'ils ont le champ libre pour l'exécution de Burrows. Mais il y a un problème : l'évêque McMorrow semble peu enclin à vouloir la mort de ce prisonnier. Ce dernier a en effet beaucoup d'influence auprès du gouverneur de l'Illinois puisqu'ils sont allés ensemble au collège dans le passé. Hale est très angoissé par cette affaire et pense que plus l'exécution de Lincoln s'approche et plus l'imminence de la vérité peut s'éclater au grand jour. Embêté, l'agent Kellerman comprend les craintes de son collègue et lui suggère de rendre une petite visite de courtoisie à ce cher ecclésiastique qui pourrait devenir gênant afin de le forcer à changer d'avis sur la question Burrows. Pour le rassurer, Kellerman lui affirme que toute cette affaire sera terminée dans un mois.

101-396.jpg

Sebastian et Veronica essayent de choisir un faire-part pour leur prochain mariage.

Pendant ce temps, dans son appartement, à Chicago, Veronica, assise sur le canapé de son salon, tente, avec l'aide de son fiancé Sebastian, de choisir un faire-part pour leur mariage. Comme la jeune femme semble constamment insatisfaite et prend son temps en reculant la date de leur mariage. Ce qui ne plaît nullement à son petit ami qui pense qu'elle a peur et qu'elle doute sur le choix à tenir. Sebastian croit que le procès perdu de Veronica pouvait en être la cause ; et que c'était peut-être pour cela qu'elle hésitait à sauter le pas. La jeune avocate le prit alors à part et le rassura sur la sincérité de leur amour en lui promettant qu'elle sera bientôt sa femme avant de l'embrasser tendrement.

101-498.jpg

Lisa sermonne son fils et l'oblige à voir son père en prison.

Dans la cuisine familiale, LJ se fait réprimander par sa mère car la police avait trouvé sur lui un kilo de marihuana. Lisa en a assez de son comportement rebelle et lui fait remarquer que cette dernière incartade aurait pu mal finir pour lui. Elle se plaint également des mauvais résultats scolaires de LJ qui se laisse aller. Il est certes sous l'autorité de son beau-père mais ce dernier est méprisé par son beau-fils sous le seul prétexte qu'ils n'ont aucun point commun. Pour Lisa, il lui semble évident que LJ doit être repris en main et l'unique solution qui pourrait être acceptable à ses yeux serait de voir Lincoln en prison. À l'idée de revoir son vrai père n'enchante guère le jeune homme qui refuse catégoriquement. Mais sa mère reste inflexible et oblige LJ à lui rendre visite le plus tôt possible si il ne veut pas gâcher son avenir.

101-565.jpg

Les agents Kellerman et Hale rendent visite à l'évêque McMorrow.

101-708.jpg

L'évêque McMorrow fait face à son assassin avant de mourir.

Dans l'après-midi, les agents des services secrets, Paul Kellerman et Daniel Hale, se rendent au domicile de l'évêque McMorrow à Evanston, dans l'Illinois. Ils sont accueillis par l'ecclésiastique qui les emmènent dans son bureau pour discuter de l'affaire Lincoln Burrows. De prime à bord, Paul Kellerman lui fait remarquer que l'évêque a beaucoup d'influence auprès du gouverneur et, qu'en tant qu'homme de Dieu, il est farouchement opposé à la peine capitale. Kellerman voudrait dans le cas présent que l'ecclésiastique revienne sur cette position, du moins provisoirement pour que la justice puisse s'accomplir dans cette affaire. Mais l'évêque McMorrow ne veut pas se soumettre et pèsera de tout son poids si Lincoln Burrows déciderait de faire appel de son devoir d'intervention. Sachant qu'il allait répondre cela, Kellerman abat sa dernière carte en lui faisant un chantage. Il sait que l'évêque McMorrow a 62 ans et que la manière dont il tire ses bénéfices personnels par le biais de l'échappatoire fiscal de l'Église sont qualifiée de fraude fiscal. Malgrè la menace qui plane, l'ecclésiastique reste inflexible. Devant une telle bravoure, Kellerman se tait ne masquant nullement un sourire. Avant qu'ils ne partent, l'évêque McMorrow leur demande pourquoi les services secrets s'interessent-elles tant à cette affaire et Kellerman, pour toute réponse, lui avoua froidement que Burrows était l'assassin du frère de la Vice-Présidente des États-Unis. En entendant cela, l'ecclésiastique en resta interloqué. Pendant la nuit, l'évêque McMorrow n'arrivait pas à dormir. Il entendit des grincements suspects et se lèva légèrement pour voir ce qui se passait dans sa chambre. En se relevant mieux, il aperçut le canon coiffé d'un silencieux se dresser devant lui. Sans comprendre ce qui allait lui arriver, il fut abattu d'un coup de feu en pleine face.

12 avril 2005Modifier

À l'extérieur de Fox RiverModifier

101-713.jpg

Wendy annonce à Veronica l'assassinat de l'évêque McMorrow.

Dans la matinée, dans son bureau d'avocat chez Bianchi et Guthrie, Veronica reçoit la visite de sa secrétaire qui l'informe que l'évêque McMorrow a été assasssiné à son domicile d'une balle dans la tête pendant qu'il dormait. En apprenant cette nouvelle, le visage de la jeune femme se figea. Elle remercia Wendy de l'avoir avertie aussi vite. Une fois seule, elle regarda attentivement le calendrier accroché à un des murs de son bureau où la date du mercredi 11 mai 2005 avait été cerclée en rouge. C'était la date de l'exécution de Lincoln. Tout en regardant le calendrier mural, elle se dit à elle-même que Michael avait raison : Lincoln avait bien été victime d'un coup monté. Pour elle, l'assasinat de l'évêque ne pouvait pas être une coïncidence puisque c'était l'une des dernières personnes qui pouvait encore, par son influence, sauver Burrows de la mort. Pour prouver les preuves de cette machination qui devait toucher les hautes sphères de l'État, elle se rendit à un meuble d'archivage d'où elle tira d'un tiroir la déposition du procès du frère de Michael Scofield. Sans attendre, elle le sortit de son enveloppe en papier kraft et s'empressa de l'éplucher pour y trouver la vérité.

À Fox RiverModifier

101-724.jpg

Lincoln reçoit la visite de son ex-femme et de son fils.

Dans le quartier de haute sécurité de la prison de Fox River, un garde alla jusqu'à la cellule de Lincoln Burrows pour lui avertir qu'il avait une visite. Le prisonnier suivit docilement son gardien jusqu'au parloir après avoir passé un sas grillagé et aperçut son ex-femme et son fils qui l'attendaient impatiemment. Lincoln prit place devant eux. En le voyant, Lisa lui informa que LJ s'était fait arrêter pour possession de marihuana. Cette arrestation était si grave à ses yeux que la jeune femme avant pensé que son fils avait besoin que son père lui parle avant qu'il ne soit trop tard. S'éclipsant poliment, Lisa laissa LJ seul avec son père qui l'invita à s'asseoir pour discuter. Lincoln mit les choses au clair au sujet de la drogue que LJ s'était procurée. Peut-être voulait-il la vendre mais cet acte ne faisait pas de lui un homme au sens digne du terme. Tout en le raisonnant, il essaya de ramener cet adolescent rebelle sur le droit chemin. Mais ce dernier ne faisait qu'à sa tête en estimant que tout ce qu'il avait fait jusqu'à présent ne servait à rien. Puis, le regardant droit dans les yeux, LJ se leva pour interrompre cette discussion avec pour seul prétexte de terminer ses devoirs. Voyant que la situation lui échappait, Lincoln essayer d'interpeller son fils sur le fait qu'il allait être exécuter dans un mois, mais devant cet argument, LJ lui dit violemment que, pour lui, il était déjà mort. Et la discusion en resta là au grand désespoir de Lisa qui avait suivi toute la scène et qui voyait Lincoln regarder longuement son fils s'en aller sans prononcer un mot.

101-773.jpg

Maricruz annonce à Fernando qu'elle accepte de l'épouser.

Pendant ce temps, dans la pièce conjugale de la prison, Fernando attendait anxieusement l'arrivée de sa fiancée tout en écoutant de la musique mexicaine. Excédé, il se leva du lit où il était assis pour regarder une pendule qui trônait sur un des murs. Celle-ci marquait 10h15 du matin. Le jeune homme craignait que sa bien-aimée ne viendrait pas. Alors qu'il allait quitter la pièce, la porte s'ouvrit devant et un garde laissa entrer la femme qu'il attendant depuis de longues heures. Maricruz le regardait fixement, un peu gênée tout en tenant un bouquet de fleur, avant de lui annoncer qu'elle était d'accord pour se marier avec lui. Sucre, fou de joie, n'attendit pas pour embrasser goulument sa fiancée qui lui informait, entre deux baisers, que sa mère désire que leur mariage ne pourra se faire qu'au moment de la libération de Fernando et qu'il se tiendrait dans une église catholique. Obéissant à ses conditions, Sucre emmena Maricruz sur le lit pour lui faire l'amour.

101-800.jpg

Le Docteur Tancredi a découvert dans le dossier médical de Michael un taux anormal de glucose dans son organisme.

Au même moment, à l'infirmerie de Fox River, Michael fait sa visite quotidienne pour y recevoir sa dose d'insuline. Avant qu'il ne reçoive son injection, le Docteur Tancredi lui fait part qu'elle avait relu son dossier. En tant qu'ancien de l'université de Loyola, Scofield apprit de la bouche de la jeune femme qu'elle avait reçu son diplôme de médecine à l'Université de North Western deux ans après lui. Mais elle était préoccupée par ce qu'elle lisait dans le dossier médical de son patient. Elle avait décelé chez Michael un taux anormal de glucose dans son organisme. De l'hypoglycémie, une anomalie médicale tout à fait inhabituelle chez une personne souffrant depuis toujours d'un diabète de type 1. De plus en plus perplexe, elle avait l'impression que le détenu qui se trouvait devant elle réagissait à l'insuline comme si il n'était pas diabétique. Mais ses réflexions furent interrompues par un coup de téléphone qui obligea la jeune femme à se déintéresser provisoirement des problèmes médicaux de son patient. Michael en profita pendant qu'elle avait le dos tourné pour aller à la fenêtre de l'infirmerie et observer les alentours. Pendant qu'elle parlait au téléphone, il découvrit un câble qui reliait la grille de l'infirmerie à un mur d'enceinte surmonté de fils barbelés. Au jugé, Michael estima que ce câble pouvait supporter le poids de plusieurs hommes mais il ne put penser plus longtemps.D'atroces picotements sur sa main droite l'étreignirent. Il se crispa ne laissant apercevoir aucun signe de douleur au médecin qui avait terminé sa conversation téléphonique. Le Docteur Tancredi lui fit part de ses doutes et lui annonça qu'elle avait l'intention de pratiquer quelques analyses pour la prochaine visite de Michael car elle ne tenait pas à faire des piqûres d'insuline à un faux diabétique. Conscient du danger, Scofield acquiesça en songeant qu'un obstacle de taille se dressait devant lui, comment réduire son taux de glucose dans le sang ?

101-813.jpg

Tandis que Maricruz se rajuste, Fernando lui demande qui la conduite après de lui.

Dans la pièce congugale, Fernando et Maricruz ont fini de faire l'amour. Pendant que la jeune femme se rajuste pour partir, Sucre lui demande comment elle avait fait pour venir le voir. D'abord hésitante, sa fiancée lui avoua, la mort dans l'âme, que, comme elle n'avait pas l'argent pour le bus qui lui aurait permis de parcourir les 800 km qui la séparait de son amour, c'était Hector, un ami d'enfance, qui s'était gentiment proposé de la conduire auprès de Fernando. L'ami de Michael se mit en colère en entendant prononcer ce prénom. Il ne croit pas qu'Hector se soit comporté en ami en accompagnant Maricruz car les hommes, selon lui, ne pouvaient pas être amis avec les femmes. Fort de ce jugement, il est interrompu par un gardien qui lui annonce que la visite conjugale de Maricruz était terminée. Cette dernière, sur le point de le quitter, tenta néanmoins de le rassurer en l'embrassant et en lui rappelant qu'ils devront attendre encore seize mois avant de pouvoir se marier. Vaincu, Fernando dissimula ses pleurs en voyant sa fiancée partir après que celle-ci lui aie adressé tendrement un dernier « Je t'aime ».

101-837.jpg

Michael demande à C-Note si il peut lui procurer rapidement du Pugnac.

Quelques heures plus tard, dans la cour de promenade de Fox River, tandis que certains détenus s'entetiennent physiquement en soulevant des haltères, d'autres achetaient des médicaments sous le manteau après d'un revendeur. Grâce à Sucre, Michael put se mettre en relation avec celui-ci pour se procurer du Pugnac, une substance puissante qui annihile les effets de l'insuline dans l'organisme. Après avoir su de quoi il s'agissait, C-Note apprit que Michael prenait des piqûres d'insuline ; ce qui est très contradictoire dans l'affaire qu'il avait mené lui. Tout en riant ensemble de bon cœur, il lui glissa quelques dollars pour obtenir ce qu'il voulait et C-Note lui promit, en contrepartie, de lui donner ce qu'il cherchait avant de partir de son côté et Michael du sien.

101-859.jpg

Michael reçoit une carte spéciale pour pouvoir travailler au TP.

Un peu plus tard, de retour dans sa cellule, Michael reçoit la visite d'un gardien qui lui remet une carte de TP que lui avait transmis Abruzzi. Grâce à cette carte, il faisait officiellement partie du groupe du Travail pénitenciaire. Dans l'après-midi, il se retrouva en compagnie de Lincoln et de Westmoreland en train de peindre en blanc les murs d'un couloir sous la surveillance de John Abruzzi. Celui-ci profita de l'inattention d'un gardien pour s'approcher de Scofield afin de la féliciter à sa manière : « T'as gagné ta place... T'en as dans le bide... » avant de s'en aller tout en lui lançant un regard plein de menace. Une minute plus tard, un gardien les informe que leur travail était terminé. Michael et son frère suivirent les autres détenus aux vestiaires et pendant qu'ils déposèrent le matériel qu'ils avaient utilisé pour peindre le couloir, Lincoln lui confia qu'il avait vu Veronica la veille et lui demanda si elle était toujours avec le même homme. Michael lui répondit que oui. Par cette réponse, il nota de de la déception dans le visage de son frère. Celui-ci s'en veut toujours d'avoir fait un enfant à Lisa Rix et d'avoir repoussé Veronica. Michael renchérit en lui affirmant qu'il avait repoussé tout le monde en se repliant comme il l'a fait sur lui-même. Lincoln en était conscient pour son plus grand malheur.

101-901.jpg

Michael fait part à Lincoln de son plan d'évasion.

101-922.jpg

« Mieux que cela... Je les ai toujours sur moi... »

Pendant qu'ils discutaient, Abruzzi et un autre détenu observaient attentivement Michael qui s'était tranquillement assis sur un banc. Son compagnon ne comprenait pourquoi son ami avait pris Scofield sous son aile et Abruzzi lui répondit sèchement : « Un ami, ça ne se perd pas de vue. Un ennemi encore moins. ». Lincoln rejoint son frère sur son banc pour se changer. Profitant que personne ne les regardait, le frère de Michael voulait poursuivre le discussion qu'ils avaient eu auparavant à la chapelle du pénitencier. Lincoln expliqua à son frère que sortir de Fox River n'était qu'un commencement et une telle opération demandait beaucoup de préparations. Michael le rassura en lui faisant comprendre qu'il allait se servir de Westmorland et de son argent pour vivre une fois libres et d'Abruzzi pour pouvoir disparaître. Lincoln lui demanda ensuite comment il allait compter les faire sortir de la prison et Michael, à son habitude, se mit à sourire avant de lui avouer que son cabinet d'architecte avait été responsable de la rénovation du pénitencier de Fox River en 1999. Grâce à l'aide d'un de ses employés, ils avaient réussi à concevoir en sous-main tous les plans de la prison. Étonné par cette révélation, Lincoln voulut en savoir plus et lui demanda si il avait mémorisé ces plans dans sa tête. Michael lui répondit, sans sans humour : « Mieux que cela... Je les ai toujours sur moi... » À cette phrase, Lincoln se retourna et vit que son frère s'était mis torse nu lui exposant un superbe tatouage qui lui recouvrait en totalité tout le haut du corps. Incrédule, il ne pouvait en croire ses yeux et lui avoua que, si c'était vraiment les plans du pénitencier, il ne pouvait pas les lire. Mais Michael lui conseilla de mieux regarder et c'est qu'il fit. Lincoln, en se concentrant de son mieux, put voir à travers les arabesques du tatouage de son frère tous les dédales de la prison de Fox River.


Erreurs de tournageModifier

  • Au début de l'épisode, lorsque Michael se débarrasse de tous les post-it accrochés au mur de son bureau, on peut voir que l'article sur D.B. Cooper est truqué : le troisième paragraphe est une copie du second.
  • Lorsque Michael se lève pour aller à la rencontre de Bellick et lui donner sa feuille médicale, il n'a pas de tatouages sur ses bras ; ainsi que dans la scène où il parle de la passion avec Sucre.
  • L'éphéméride sur le bureau de Henry Pope, dépourvu d'année, indique le mardi 11 avril, alors qu'en vérité le 11 avril 2005 tombe un lundi comme cela sera confirmé par la date de la visite conjugale de Maricruz qui a lieu le lendemain, un mardi. Il s'agit donc du calendrier 2006 qui a été utilisé sur le bureau du directeur de Fox River. Par contre, le calendrier mural présent dans le bureau de Veronica Donovan correspond bien à l'année 2005 car le 11 mai, cerclé de rouge, tombe effectivement un mercredi.
  • Dans la scène où Sucre attend Maricruz, il regarde l'horloge qui affiche 10h15. Mais lorsque Maricruz entre la pièce, le temps est revenu quelques minutes en arrière.
  • Michael demande à C-Note de lui trouver du Pugnac. Ce médicament existe réellement et bloque effectivement l'insuline. Toutefois, ce n'est pas un produit facilement accessible dans les pharmacies car son prix est particulièrement élevé: une plaquette de 5 mg coûte 125 $ (environ 95 euros)
  • Quand Michael peint le mur pour la TP (Travail pénitentiaire), ils utilisent de la peinture blanche. Mais lorsque Michael redonne son pot à la fin, la peinture est verte.

(Source Wikipedia)


Références culturellesModifier

  • Dans la version originale, quand Sucre déclare à Michael : « Welcome to Prisney-land, Fish. ». C'est une référence ironique au parc Disneyland qui représente l'inverse d'une prison de haute sécurité.
  • Lorsque John Abruzzi déclare « Keep your friends close, and your enemies closer. » (« Un ami, ça ne se perd pas de vue. Un ennemi encore moins. »), il reprend une réplique célèbre du film Le Parrain 2.
  • En version originale, Michael est surnommé « Fish » (« le nouveau ») dans cet épisode. Au sens propre, le mot signifie « poisson ». Or pour l'anecdote, dans l'un de ses premiers rôles, Wentworth Miller a joué le rôle d'un lycéen qui se transforme en poisson dans un épisode de Buffy contre les vampires intitulé Go Fish (Les hommes-poissons).

(Source Wikipedia)


Galerie photoModifier

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard